Accueil Revues Revue Numéro Article

2002/5 (no 141)


Pour Vido Avec Minces Des Chaussures Peluche Minces Sandales Boucle Talons Rose Et 37 Femmes En ALERTES EMAIL - REVUE Revue française de gestion

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de cette revue.

Fermer

Article précédent Pages 37 - 55 Article suivant
Sol Bateau Scurit Daim Femmes Bowknot En De Noir Pois Lacets Bout Alikeey Chaussures Rond xPqUzwqCO
1

L’actionnaire apporte des ressources à la firme. En contrepartie, il attend une rémunération, sous forme de dividendes ou de plus-values. Dans une entreprise fermée, dans laquelle le dirigeant est le principal actionnaire, la confusion des intérêts ne nécessite pas de contrôler le dirigeant. En revanche, dès lors que des actionnaires externes sont sollicités, le contrôle s’impose. Il s’inscrit dans un contexte légal qui garantit des droits à l’actionnaire, variables selon les pays. La loi, ainsi que la qualité de sa mise en œuvre par les tribunaux et les instances de régulation, sont des éléments fondamentaux qui permettent l’exercice du contrôle par des actionnaires externes. Elle rend notamment plus difficiles les pratiques d’expropriation. Comme le soulignent La Porta et al. (2000), en l’absence de protection des investisseurs, les dirigeants ou les actionnaires majoritaires peuvent prélever les profits de la firme sans entraves, et le contrôle par les actionnaires externes est impossible : ceux-ci refuseront d’apporter des fonds. Lorsque la protection légale est meilleure, les pratiques de prélèvement deviennent plus coûteuses et se réduisent. Le contrôle par les actionnaires externes prend alors tout son sens. L’environnement légal dans un pays conditionne le type d’actionnariat qui y est le plus fréquent : actionnariat dispersé lorsque les intérêts des investisseurs sont bien protégés, actionnariat concentré lorsqu’ils le sont moins.

2

Dans le cas d’un actionnariat dispersé, la firme connaît les conflits d’agence classiques, qui surviennent lorsque les dirigeants sont tentés de poursuivre leur propre intérêt aux dépens de celui des actionnaires. Les actionnaires visent le profit le plus élevé compatible avec un degré raisonnable de risque. Les dirigeants eux cherchent le prestige, le pouvoir et la rémunération de leurs compétences et de leurs efforts. L’exercice du contrôle est rendu complexe par l’asymétrie d’information existant entre dirigeants et actionnaires. Le système d’information supposé éclairer les actionnaires est fortement influencé par les dirigeants. Un actionnaire diversifié n’a aucun intérêt à assurer lui-même le contrôle de la firme dans laquelle il détient très peu d’actions. Par contre, il peut participer à la mise en place d’instances qui le feront. Les mécanismes susceptibles de réduire les conflits d’agence sont multiples. Il s’agira aussi bien d’outils de contrôle que d’incitations, afin d’aligner les intérêts des dirigeants sur ceux des actionnaires. Le rôle disciplinaire du marché boursier intervient souvent en dernier ressort. Les autres parties prenantes de la firme, prêteurs, salariés, clients, fournisseurs, participent à ce contrôle, et de nombreuses interactions existent entre les divers mécanismes disciplinaires mis en œuvre. Dans cet article, seul le contrôle exercé par les actionnaires est examiné.

3

Dans le cas d’un actionnariat concentré, dans lequel un actionnaire majoritaire assure le contrôle total des dirigeants, le conflit d’agence classique est réduit, voire inexistant. Mais il est remplacé par un conflit d’agence entre l’actionnaire majoritaire et les actionnaires externes.

4

L’article est organisé de la manière suivante : dans une première partie, la nécessité du contrôle est soulignée, en insistant sur la diversité des situations des entreprises selon la composition de leur actionnariat. La deuxième partie passe en revue les diverses modalités de contrôle, contrôle externe d’une part, et contrôle interne d’autre part. Enfin, dans une troisième partie, nous nous interrogeons plus particulièrement sur l’efficacité du contrôle interne, au travers d’un examen des leviers du conseil d’administration que sont la révocation et la rémunération des dirigeants.

5

Lorsque la délégation de pouvoir des actionnaires aux dirigeants est avérée, comme dans le cas d’un actionnariat dispersé, l’exercice du contrôle paraît indispensable. Par contre, le conflit évolue selon la structure d’actionnariat. L’actionnariat du dirigeant peut l’atténuer ou au contraire le renforcer. En présence d’un actionnaire majoritaire, le conflit se déplace vers les actionnaires minoritaires. La possibilité d’exercer le contrôle a une valeur qui peut s’apprécier de plusieurs manières.

1. La nécessité du contrôle

6

Faut-il contrôler les dirigeants ? La réponse semble évidemment positive. Pourtant, trop de contrôle peut dans certains cas nuire aux actionnaires.

Les actionnaires doivent contrôler les dirigeants

7

L’objectif des actionnaires est la maximisation de la valeur de leur investissement dans l’entreprise. Il s’agit pour l’entreprise de créer de la valeur actionnariale. Celle-ci découle d’une politique d’investissement optimale qui consiste à saisir toutes les opportunités d’investissement rentables. Elle amène les firmes à privilégier les stratégies de recentrage, afin que l’actionnaire ait une vision claire de son investissement, et à éliminer les actifs oisifs ou peu rentables. Les objectifs des dirigeants peuvent différer de ceux des actionnaires : ils pourront préférer des stratégies de croissance, de diversification, opter pour des investissements moins risqués que ceux qui seraient optimaux pour les actionnaires. Les prélèvements de toutes natures et les pratiques d’enracinement vont également à l’encontre des intérêts des actionnaires. Les comportements des dirigeants peu conformes aux intérêts des actionnaires sont multiples :

  • en matière d’investissements : investissements spécifiques dans des activités directement liées aux compétences spécifiques des dirigeants ;

  • en matière de croissance : le dirigeant, dont la rémunération est fréquemment liée à la taille de l’entreprise, a intérêt à la croissance de celle-ci. Elle permet de diluer les actionnaires de référence, et, associée à la diversification, de réduire le risque total de la firme;

  • en matière de clauses explicites : les parachutes dorés sont un exemple de clauses rendant le départ du dirigeant onéreux pour les actionnaires;

  • en matière de gestion de l’information : les actionnaires exercent leur pouvoir de contrôle à partir des informations dont ils disposent et qui proviennent des dirigeants et des systèmes d’informations que ceux-ci contrôlent;

  • en matière de réseau de relations : un dirigeant est imbriqué dans un réseau social, qui lui vaut d’être coopté en tant qu’administrateur d’autres sociétés, ce qui peut accroître sa valeur en tant que dirigeant, mais réduire le temps consacré à la firme qu’il dirige.

8

Les actionnaires ont intérêt à contrôler les dirigeants, afin de limiter les agissements qui leur sont défavorables. Les efforts des actionnaires évoluent toutefois avec le pourcentage des actions détenues. En effet, tout actionnaire non dirigeant qui prend l’initiative du contrôle du dirigeant supporte l’intégralité du coût du contrôle, mais n’en bénéficie qu’à la hauteur de sa participation au capital. Au contraire, un actionnaire qui n’engage pas d’effort de contrôle ne supporte pas de coûts correspondants, et bénéficie des efforts des autres actionnaires : il agit en passager clandestin. Plus l’actionnariat est dispersé, et moins les actionnaires sont enclins à engager des efforts de contrôle, et plus les coûts d’agence sont potentiellement élevés.

La latitude managériale

9

Trop de contrôle peut dans certains cas être préjudiciable aux actionnaires. Comme le souligne Charreaux (1997), un contrôle trop étroit, réduisant l’espace discrétionnaire des dirigeants, peut brider leurs choix stratégiques et réduire la valeur des actions. Une plus grande latitude managériale peut être requise pour motiver les dirigeants en renforçant leur pouvoir et en élargissant le champ des actions possibles.

10

De plus, le contrôle traditionnel des actionnaires, qui s’exerce sur des firmes aux actifs clairement identifiés, s’avère parfois difficile lorsque la valeur de la firme repose principalement sur des actifs intangibles ou humains. Rajan et Zingales (2000) donnent l’exemple de Saatchi et Saatchi, une agence de publicité du Royaume-Uni. En 1994, le dirigeant Maurice Saatchi souhaite que lui soit octroyé un plan d’options généreux. Les fonds de pension américains détenant 30 % du capital, observant la performance désastreuse de la firme sur les dernières années, refusent. Le dirigeant décide alors de partir, suivi de quelques responsables clés de la firme, pour créer une agence rivale, M et C Saatchi, qui capture une partie des clients importants de la firme initiale. Les actionnaires, en exerçant leur droit de contrôle, ont ainsi généré une baisse de valeur de la firme, résultat inverse de celui qui était recherché. Cet épisode met en lumière la difficulté des actionnaires à contrôler une firme dont la valeur repose sur le capital humain.

2. L’hétérogénéité des actionnaires

11

Les actionnaires n’ont pas les mêmes motivations ni les mêmes capacités à contrôler les dirigeants selon la fraction du capital qu’ils détiennent. L’actionnariat des dirigeants, l’existence d’un actionnariat concentré ou la présence d’une société de capital risque, sont autant de situations dans lesquelles on peut constater une atténuation ou un déplacement du conflit.

L’actionnariat des dirigeants

12

L’actionnariat des dirigeants permet-il de résoudre les conflits avec les actionnaires, et réduit-il la nécessité de les contrôler ? Charreaux (1997) oppose trois visions du lien entre performance et actionnariat des dirigeants. Selon la thèse de la convergence (Jensen et Meckling, 1976), plus le pourcentage du capital détenu par les dirigeants est important, plus l’écart par rapport à l’objectif traditionnel de maximisation de la valeur est faible. La thèse de la neutralité (Demsetz, 1983) soutient que toutes les structures de détention du capital sont équivalentes. Enfin, selon la thèse de l’enracinement, les dirigeants actionnaires peuvent échapper au contrôle des actionnaires. La plupart des études concluent à une performance supérieure des firmes gérées par leurs propriétaires, mais les résultats dépendent fortement des mesures de performances retenues et des caractéristiques détaillées de la structure de l’actionnariat. Pour Morck, Schleifer et Vishny (1988), l’actionnariat des dirigeants a tout à la fois des caractéristiques positives et négatives. Lorsque les dirigeants détiennent un pourcentage faible des titres, une augmentation de ce pourcentage permet de mieux aligner leurs intérêts sur ceux des actionnaires externes. Au-delà d’un certain point toutefois, les dirigeants finissent par poursuivre exclusivement leur propre intérêt, sans considération de celui des actionnaires externes. Ils mettent ainsi en évidence une relation non linéaire entre la valeur de la firme et l’actionnariat des dirigeants : croissance d’abord, puis décroissance.

13

Stulz (1988) arrive au même résultat, par une voie différente. Dans son modèle, les dirigeants souhaitent toujours s’opposer à une OPA, en raison du risque de révocation qu’elle comporte. Plus ils détiennent d’actions, plus ils ont la capacité de s’opposer. La prime à payer par l’acquéreur est une fonction croissante de l’actionnariat des dirigeants. Par contre, la probabilité de succès est, quant à elle, décroissante. La valeur de la firme est une fonction de la prime à payer et de la probabilité de succès. La première augmente et la deuxième diminue avec l’actionnariat des dirigeants. De ce fait, la valeur de la firme commence par augmenter, puis diminue avec l’actionnariat des dirigeants.

14

Avec Talons Minces Pour Des Vido Minces Femmes Boucle Rose Peluche 37 Et Chaussures Sandales En McConnel et Servaes (1995) prennent en considération les opportunités de croissance de la firme. Si l’on admet que les dirigeants préfèrent toujours diriger une grande firme, dans les firmes à faibles opportunités de croissance, la seule manière de croître est d’adopter des projets à VAN négative. Leurs tests confirment que la relation entre le Q de Tobin et la fraction des actions détenues par les dirigeants est plus étroite pour les firmes à faibles opportunités de croissance.

Le contrôle dans le cas d’un actionnariat concentré

15

En France, hormis les plus grandes d’entre elles, la plupart des entreprises ont un actionnariat concentré. Plusieurs situations peuvent être distinguées, selon que l’actionnaire principal est majoritaire ou non, selon la divergence entre droits sur le cashflow et droits de vote, selon l’identité de l’actionnaire.

a) La présence d’un actionnaire principal

16

Lorsque la firme est contrôlée par un actionnaire majoritaire, le conflit actionnairesdirigeants est remplacé par le conflit actionnaires minoritaires-actionnaire majoritaire. Le conflit d’agence classique disparaît ou tout au moins est atténué, puisque l’actionnaire principal contrôle totalement les dirigeants, et peut ainsi adopter une politique de maximisation de la valeur de la firme. La concentration de l’actionnariat comporte toutefois des coûts. Ainsi, l’actionnaire majoritaire est susceptible de prélever des bénéfices privés au détriment des minoritaires [1][1] Pour une estimation de ces bénéfices privés, voir Dyck.... De surcroît, comme le soulignent Burkhart, Gromb and Panunzi (1997), un contrôle trop étroit risque de réduire la capacité d’initiative des dirigeants, et au final de réduire la valeur de la firme. Un actionnaire majoritaire peut ainsi être souhaitable lorsque le coût lié à la concentration de l’actionnariat est inférieur au coût d’agence résultant du conflit classique actionnaires-dirigeants. Ceci semble être le cas dans la plupart des pays exceptés les États-Unis et le Royaume-Uni. Selon Faccio et Lang (2002), 86 % des firmes françaises ont un actionnaire détenant au moins 20 % du capital. Cette proportion s’élève à 63 % pour la totalité de leur échantillon d’entreprises européennes, mais à 37 % seulement pour le Royaume-Uni.

17

Par ailleurs, les inconvénients éventuels liés à l’existence d’un actionnaire majoritaire peuvent être atténués par la présence d’un second actionnaire de référence, qui permet de protéger les minoritaires en raison des négociations auxquelles elle conduit (voir par exemple Gomes et Novaes, 2001).

b) L’existence de droits de vote double

18

La divergence entre droits aux flux de trésorerie et droits de vote peut résulter de structures pyramidales, de l’émission de titres sans droits de vote ou de titres à droits de vote multiple. En France, une large majorité d’entreprises recourent aux droits de vote double, attribués aux actionnaires qui détiennent leurs titres pendant une durée minimale prévue par les statuts (de deux à quatre ans). Ces droits, non négociables, sont perdus en cas de cession de l’action. Cette pratique contribue à renforcer le contrôle par les actionnaires majoritaires en accentuant la différence entre les droits aux flux de trésorerie et les droits de vote.

c) L’actionnariat familial

19

L’actionnaire principal est, dans la plupart des pays, une famille. Selon Faccio et Lang (2002) le contrôle ultime, à un seuil de 20 %, est détenu par une famille dans 44,29 % des firmes des 13 pays européens étudiés. Cette proportion varie de 23,68 % au Royaume-Uni à plus de 60 % pour la France et l’Allemagne. Claessens et al. (2002) montrent que la divergence entre droits sur les flux de trésorerie et droits de vote est accentuée pour les firmes familiales en Asie. Ce résultat semble être confirmé par Ginglinger et L’Her (2002) sur un large échantillon de firmes françaises procédant à des rachats d’actions.

d) Sociétés de capital risque et contrôle des dirigeants

Femme Tte En Sandales Carre Talon Noir Bw6Y8Inq

Les sociétés de capital risque apportent des fonds aux entreprises, mais assurent de surcroît un contrôle qui paraît efficace. Baker et Gompers (2001) montrent que, dans les firmes où elles interviennent, les conseils d’administration sont plus indépendants (voir section II), et que la probabilité que le fondateur reste dirigeant de l’entreprise décroît avec la réputation de la société de capital risque.

21

On distingue traditionnellement les mécanismes de contrôle externe, par le marché des prises de contrôle et les mécanismes de contrôle interne, dans lesquels le conseil d’administration joue un rôle principal. Nous traiterons tour à tour de ces deux mécanismes, en incluant dans le contrôle externe le contrôle direct par les actionnaires lors des assemblées générales.

1. Le contrôle direct et externe

22

Lorsque les mécanismes de contrôle interne sont défaillants, un actionnaire dispose de deux solutions : il peut essayer de peser directement sur les décisions de la firme en intervenant lors de l’assemblée générale. Pour cela, il peut fédérer d’autres actionnaires afin de mener une bataille de procurations. Dans bien des cas, cependant, plutôt que d’exercer son droit de vote, l’actionnaire préférera vendre ses actions. La baisse du cours des actions qui en résulte peut, dans certains cas, entraîner une prise de contrôle par d’autres investisseurs qui estiment être en mesure de mieux gérer la firme qu’elle ne l’est actuellement. Les dirigeants menant une stratégie d’enracinement, sont parfois tentés de rendre tout exercice du contrôle externe difficile, notamment par des mesures anti-OPA.

L’activisme des actionnaires

23

Les actionnaires peuvent intervenir lors des assemblées générales, en remplaçant certains membres du conseil d’administration ou en refusant le vote d’une proposition qui leur est soumise. Ainsi, en avril 2002, lors de l’assemblée générale de Vivendi dont la validité est d’ailleurs remise en cause par le P-DG, deux résolutions proposées ont été rejetées : une autorisation d’émettre des actions sans droit préférentiel de souscription, et une autorisation de mise en place d’un plan de stock-options concernant 5 % du capital.

24

L’activisme des actionnaires peut également consister à faire pression sur les entreprises dont les performances sont jugées trop faibles, pour améliorer les mécanismes de gouvernement d’entreprises, réclamer une scission, des rachats d’actions, la suppression de mesures anti-OPA… Aux États-Unis, les actionnaires ont la possibilité de demander à faire inscrire des propositions à l’ordre du jour de l’assemblée générale. Gillan et Starks (2000) examinent 2042propositions d’actionnaires, concernant 452 firmes sur la période 1987-1994. 23 % de ces propositions émanent d’investisseurs institutionnels et 10 % d’associations d’actionnaires. Les autres propositions sont le fait d’actionnaires individuels et de groupes d’actionnaires individuels. Les propositions concernent prioritairement la suppression de dispositifs anti-OPA, le vote confidentiel, et la rémunération des dirigeants. En moyenne, chaque proposition recueille 23 % des voix, mais ce pourcentage s’accroît à 32,9 % (38,2%) pour les propositions soumises par un investisseur institutionnel (une association d’actionnaires). Les propositions qui recueillent le plus de voix concernent la suppression des mesures anti-OPA (en moyenne 40,70 %). Les propositions avancées par les investisseurs institutionnels sont accueillies en moyenne par une réaction négative des cours, signalant probablement que les dirigeants n’ont pas souhaité négocier avec ces actionnaires avant le dépôt d’une proposition. La plupart des études indiquent que les firmes cibles ont dégagé des performances passées limitées, mais les propositions d’actionnaires ne conduisent pas à améliorer ces performances [2][2] On trouvera une synthèse de la littérature très complète....

Les prises de contrôle

25

Les prises de contrôle sont des mécanismes de dernier ressort, mis en œuvre en présence d’une défaillance du contrôle interne. Les prises de contrôle peuvent être vues comme des instruments disciplinaires efficaces ou à l’opposé comme destructeurs de la culture d’entreprise. Quelle est alors l’efficacité du marché du contrôle externe ? Celle-ci peut se manifester de façon directe, lorsque l’OPA réussit, ou indirecte, par ses effets sur les mécanismes de contrôle interne.

a) Le rôle disciplinaire des prises de contrôle

26

Le marché des prises de contrôle apporte souvent une solution radicale dans des secteurs en difficulté, dans lesquels les dirigeants ne parviennent pas à prendre les décisions de restructuration qui s’imposent. Jensen (1993) cite l’exemple de la surcapacité de l’industrie du pneu aux États-Unis : entre 1977 et 1987, toutes les entreprises du secteur ont été soit rachetées soit restructurées, 37 usines ont été fermées et l’emploi dans le secteur a diminué de 40 %. Les offres publiques suivent le plus fréquemment une période de performances faibles (Morck, Schleifer et Vishny, 1989). Sur la période 1985-1992, Denis et Kruse (2000) montrent que parmi les firmes ayant connu des performances faibles par rapport à leur secteur durant une année donnée, 29 % font l’objet d’une forme de contrôle externe [3][3] Offre publique, rumeurs ou tentatives de prise de ... durant les trois années qui suivent. Ils mettent en évidence un net déclin de l’activité de contrôle par le marché entre les périodes 1985-1988 et 1989-1992 aux États-Unis. L’activité de prises de contrôle, tout au moins sous sa forme hostile, est tributaire de la structure d’actionnariat des firmes, ce qui explique sa plus grande fréquence aux États-Unis et au Royaume-Uni qu’en Europe continentale ou en Asie. En France, les offres publiques sont majoritairement amicales.

27

Si, lors d’une offre publique, les gains pour les actionnaires de la firme initiatrice sont non significatifs, voire négatifs, ceux des actionnaires de la firme acquise sont en moyenne importants. Pour autant, il est difficile d’en conclure que les inefficiences de management ont été éliminées, les synergies étant susceptibles de représenter l’essentiel des sources de gain.

b) Les effets du contrôle externe sur les mécanismes de contrôle interne

28

Plusieurs auteurs soulignent la complémentarité et l’existence d’interactions complexes entre les mécanismes de contrôle interne et externe. D’une part, les prises de contrôle ne se justifieraient qu’en présence d’un contrôle interne inefficace. D’autre part, une tentative de prise de contrôle, même lorsqu’elle n’aboutit pas, agit comme un révélateur de dysfonctionnements, comme l’indiquent Jensen et Warner (1988) en signalant des performances médiocres ou la mise en œuvre de défenses anti-OPA ayant réduit la valeur de la firme. Ainsi, Denis et Serrano (1996) examinent les causes et les conséquences d’un changement de dirigeants après des épisodes de prise de contrôle infructueuses sur la période 1983-1989.34 % des firmes concernées changent de dirigeants dans un délai de deux ans, taux de près de deux fois supérieur à celui d’un échantillon pris au hasard. La rotation des dirigeants est concentrée parmi les firmes à performance faible dans lesquelles les investisseurs non affiliés avec le dirigeant actuel ont acquis des blocs de plus de 5 % durant l’épisode de prise de contrôle ou juste après. Le plus souvent ces investisseurs obtiennent un siège au conseil d’administration et sont directement responsables du départ des dirigeants. Le contrôle externe facilite la mise en œuvre du contrôle interne par des actionnaires actifs.

Les dispositifs anti-OPA

29

Selon Comment et Schwert (1995), 87 % des firmes aux États-Unis ont mis en place au moins une mesure anti-OPA. Ces mesures ont pour objet de rendre difficile toute OPA non approuvée par les dirigeants, tendant à réduire le contrôle externe. Elles renchérissent la prise de contrôle et donc la prime obtenue par les actionnaires de la cible, mais ne conduisent pas à dissuader l’acquéreur. Ce constat est confirmé par la réaction moyenne des cours des actions à l’annonce de l’adoption d’une mesure anti-OPA, de l’ordre de – 1 %, qui témoigne d’un effet limité sur la probabilité d’une prise de contrôle.

2. Le contrôle interne

30

Tous les mécanismes de contrôle interne ne relèvent pas des actionnaires. En effet, les salariés par exemple sont également en mesure d’exercer une surveillance des dirigeants. Le plus fréquemment, les actionnaires ne peuvent exercer un contrôle direct des dirigeants. Nous nous focaliserons dans ce qui suit sur le conseil d’administration et ses émanations. Divers comités permettent de compléter le contrôle par le CA.

Le rôle du conseil d’administration

31

Le rôle du CA est de prendre les décisions importantes de la firme et de développer ses orientations stratégiques. En réalité, le plus souvent, ces décisions sont arrêtées par les dirigeants et approuvées par le CA, qui peut également émettre des conseils ou poser des questions. Ainsi, les dirigeants prennent l’initiative des décisions, et les mettent en œuvre, tandis que les administrateurs ratifient les décisions et contrôlent la manière dont la direction est assurée. Le CA intervient lorsque les performances de la firme sont jugées inacceptables, pour révoquer le dirigeant ou réviser sa rémunération (voir section III). L’évaluation par le CA est complexe. D’une part, l’effet de l’effort ne se manifeste qu’à un horizon long, et les décisions irréversibles des dirigeants précédents pèsent sur la situation présente. D’autre part, les conséquences des décisions des dirigeants et de l’environnement de la firme sont imbriquées, et nécessite une comparaison permanente avec les firmes concurrentes.

32

L’efficacité du contrôle interne a fréquemment été mise en cause. Ainsi, selon Jensen (1993), par nature, les organisations détestent les systèmes de contrôle. Les conseils d’administration ne réagissent pas en l’absence de crise et interviennent toujours trop tardivement, après des pertes importantes. Jensen cite l’exemple de General Motors, dont le conseil d’administration a révoqué le P-DG, mais bien trop tard, car depuis des années, il n’y avait pas eu de changement majeur dans la stratégie, pas d’investissement en recherches et développement, alors que des pertes s’étaient accumulées.

En Avec Des Rose Femmes Pour Talons Peluche Et Minces Vido Minces Chaussures Sandales Boucle 37 Les caractéristiques du conseil d’administration

33

L’efficacité du CA dépend largement de ses caractéristiques. Celles qui sont les plus fréquemment étudiées sont la taille du CA, la composition du CA et notamment la présence d’administrateurs externes, et enfin, le cumul des fonctions de président du CA et de directeur général.

a) La taille du CA

Des Avec Gris Lgers Irrgulires En 38 Talons Satin Femmes Le Chaussures Hauts Bout Ux8qXP
34

La littérature suggère qu’un CA de taille réduite est préférable. En effet, un CA de taille importante multiplie les expertises présentes, mais accroît les conflits potentiels, l’existence de passagers clandestins, les coûts, et au final ralentit la prise de décision. Yermack (1996), sur un échantillon de 452 firmes américaines, met en évidence une relation négative entre la performance des firmes (mesurée par le Q de Tobin et des ratios de rentabilité) et la taille du CA, résultat robuste en tenant compte de nombreuses variables de contrôle telles que la taille de la firme, le secteur, les opportunités de croissance, l’actionnariat des dirigeants, etc. La rémunération des dirigeants est plus sensible à la performance dans les firmes à petits CA. Les petits CA sont plus susceptibles de révoquer le dirigeant en présence de performances faibles. De plus, la réaction des marchés est positive lorsque l’on annonce une réduction de la taille du CA, et négative à l’inverse lorsque la taille augmente. Jensen (1993) considère que la taille optimale du CA se situe à 7-8 membres. Wu (2000) observe une diminution de la taille des CA durant la période 1991-1995, qu’elle attribue à la pression exercée par les investisseurs institutionnels.

b) La présence d’administrateurs externes

35

On distingue traditionnellement les administrateurs internes, dépendants de la direction (salariés essentiellement) et les administrateurs externes, indépendants des dirigeants [4][4] On peut ajouter une catégorie intermédiaire, les administrateurs....

36

La présence d’administrateurs externes améliore-t-elle les performances de la firme et l’efficacité du contrôle par le CA ? Ces questions sont sans doute parmi les plus débattues. La qualité de leurs décisions conditionne la valeur du capital humain des administrateurs externes. Au contraire, les administrateurs internes sont moins enclins à contredire le dirigeant auquel leurs carrières sont liées. Lors du remplacement du dirigeant, les administrateurs externes vont choisir le meilleur candidat, qu’il soit externe ou interne. À l’inverse, les administrateurs internes ont de multiples raisons de préférer un candidat interne :moindre changement, les administrateurs internes sont les premiers candidats au poste de dirigeant… Le nouveau règlement du New York Stock Exchange (NYSE) en matière de gouvernement d’entreprises, dévoilé en juin 2002, prévoit que les conseils d’administration devront compter d’ici à 2004 une majorité de membres indépendants, n’ayant eu aucune relation d’affaires ni avec la société, ni avec ses auditeurs durant les cinq années précédentes. Un quart des 2800firmes cotées au NYSE ne rempliraient pas ces critères.

37

Selon Godard (1997), la proportion d’administrateurs externes s’accroît avec le niveau de diversification des entreprises françaises.

Dames Bouts Peu Gris Talons Pour Femmes Discothque Pompes Professional Profonds Sexy Sandales Astuce Hauts Chaussures Ol Satin SvqS1r
38

La plupart des études menées aux États-Unis montrent que la présence d’administrateurs externes ne modifie en rien les performances de la firme, qu’elles soient mesurées par des ratios comptables, le Q de Tobin ou par des rentabilités boursières à long terme (voir par exemple, Baghat et Black, 2000). Des résultats divergents existent toutefois. Sur le marché français, Charreaux (1991) met en évidence un impact positif de la présence d’administrateurs externes sur les performances des firmes managériales et contrôlées, mais non pour les firmes familiales.

Bottes Pour Femme Rouge Genou Joe Hauteur Browns Patchwork Multicolore F7qnxg5g

Booth et Deli (1996) examinent le nombre de mandats d’administrateurs externes détenus par les dirigeants d’une entreprise. Ils regardent en particulier si le nombre de mandats externes d’un dirigeant est déterminé par les coûts d’agence ou par les caractéristiques des firmes dirigées. Ils trouvent que le nombre de mandats détenus est négativement lié aux opportunités de croissance de la firme et positivement lié à l’ancienneté du dirigeant. Lorsque les positions de directeur général et de président du CA sont détenues par des personnes différentes, le second détient plus de mandats que le premier. De plus les relations existant entre les CA (échange de postes pour les employés des deux firmes) sont importantes dans l’explication du nombre de mandats détenus. Le temps consacré est le coût essentiel associé à l’acceptation de mandats externes. En contrepartie, la participation à d’autres CA favorise l’ouverture à d’autres pratiques et styles de management, peut représenter une source de conseil, et… permet en retour de faire appel à un dirigeant externe [5][5] Notons que la loi du 15 mai 2001 limite à cinq le nombre....

Rouill Bottes ® Daim Mi Pour mollet Mi En Talon Basse Taille Dames Loudlook mollets Faux wF6U5dOFq

La notion d’administrateurs externes est toutefois à considérer avec prudence. Par exemple, en France, Carminatti-Marchand et Paquerot (2000) montrent l’importance des réseaux, en particulier les réseaux d’anciens élèves de polytechnique et de l’ENA. Ainsi, 60 % des dirigeants appartenant à ces réseaux ont un CA majoritairement issu de leur réseau (X si X, ENA si ENA). Seuls 16 % des CA n’ont pas d’administrateurs issus de ces réseaux. L’internationalisation des CA devrait à terme réduire le poids de ces réseaux.

c) La séparation des fonctions de dirigeant et de président du conseil d’administration

41

Fréquemment, le directeur général est également président du CA. Le responsable des décisions et de la stratégie est ainsi clairement identifié. Cette situation évite la dilution du pouvoir, les rivalités de personnes, la confusion des responsabilités. En contre-partie, elle réduit l’indépendance du CA, ne permet pas la séparation de la direction et du contrôle, et n’incite pas le dirigeant à être honnête dans son évaluation des performances de la firme. Notons que les pratiques en la matière diffèrent sensiblement selon les pays (Viénot, 1999). Alors que 90 % des firmes cotées au Royaume-Uni ont adopté la séparation des fonctions de directeur général et de président du CA, cette proportion n’est que de 20 % aux États-Unis. En Allemagne et aux Pays-Bas, l’existence d’une structure juridique duale, conseil de surveillance et directoire, entraîne une séparation de droit. En France, les sociétés doivent choisir entre la formule à conseil d’administration et la formule conseil de surveillance-directoire, qui entraîne la séparation de droit. Cette dernière est mise en œuvre par seulement 2 à 3 % des sociétés cotées, mais par 20 % des sociétés du CAC 40. Avant 2001, le cumul était obligatoire dans la formule du conseil d’administration. À la suite d’une proposition du second rapport Viénot (1999), la loi du 15 mai 2001 a introduit plus de flexibilité dans cette formule, permettant à chaque société d’opter pour le cumul ou la séparation des fonctions de président du CA et de directeur général.

42

Les résultats des études empiriques, qui paraissent très dépendants des autres caractéristiques de la firme, ne parviennent pas, en moyenne, à établir une supériorité évidente de la séparation des fonctions sur leur cumul. Palmon et Wald (2002) étudient l’impact d’un changement d’une structure unique à une structure bicéphale (et inversement) sur les performances des firmes, mesurées à l’annonce du changement et par l’évolution de plusieurs ratios de rentabilité comptable. Quelles que soient les mesures considérées, ils montrent que le changement (un-deux) est positif pour les grandes firmes et négatif pour les petites firmes. À l’inverse, le changement (deux-un) est négatif pour les grandes firmes et positif pour les petites firmes. Les plus petites firmes ont fréquemment un actionnariat plus concentré, et des structures de direction réduites. Un responsable unique, à la fois directeur général et président du CA, permet plus de clarté dans la conduite de l’entreprise. En revanche, les firmes plus grandes, dont l’actionnariat est plus dispersé, bénéficient de la dissociation des fonctions, permettant un meilleur contrôle et un contre-pouvoir plus efficace.

Les comités, émanation du CA

43

Le conseil d’administration crée des comités spécialisés afin de l’éclairer sur les sujets sensibles. 90 % des sociétés du CAC 40 disposent d’un comité d’audit (Enquête KPMG, 2002), qui a pour tâche de s’assurer de la pertinence et de la permanence des méthodes comptables adoptées pour l’établissement des comptes, et de vérifier que les procédures internes de contrôle fonctionnent correctement.

44

Trois autres comités sont fréquents : le comité stratégique (23 % du CAC), le comité des nominations (60 %) et le comité des rémunérations (85 %). Par ailleurs, un nouveau comité est en train d’apparaître en matière d’éthique mais ne concerne encore que 10 % des sociétés du CAC 40.

Pour Lacets Travail Plates 8 Brute Femmes Apparence Bas Talon 3 Chelsea Chaussures Occasionnel Taille Mesdames Noir Bottes Rwtxq8AE

Ces comités sont-ils efficaces ? La littérature empirique aux États-Unis est là encore abondante. Citons par exemple l’étude de Xie et al. (2002), qui montre que la gestion des résultats par les entreprises diminue lorsque le comité d’audit est actif (mesuré par la fréquence des réunions) et est composé de membres expérimentés (notamment appartenant à des banques d’affaires et ayant une formation financière).

46

Le conseil d’administration dispose de deux leviers pour essayer de discipliner les dirigeants : la révocation et les outils incitatifs dont la rémunération constitue le plus important. Le recours à l’un ou l’autre de ces outils dépend des compétences des dirigeants. Si celles-ci sont élevées, l’ajustement des outils incitatifs semble le plus opportun. Dans le cas contraire, c’est la révocation qui s’impose.

1. La révocation

Talons Bonnets Sandales Yalanshop Et Assorties Pantoufles Femmes Chaussures Femmes Pour Avec Perles 1color Hauts g0w5q0a
47

Il est très difficile empiriquement de distinguer entre démission et révocation; les départs sont toujours organisés pour préserver les deux parties. Warner, Watts et Wruck (1988) examinent les raisons invoquées par 230 départs de dirigeants. Seule une personne était licenciée. La révocation intervient le plus souvent après des périodes de performances faibles par rapport à l’état du marché (Morck, Schleifer et Vishny, 1988). Selon l’état du marché des dirigeants, la recherche d’un remplaçant peut s’avérer délicate. Le conseil d’administration a un rôle crucial à cette période clé de la vie d’une entreprise, dans la détection et la nomination d’un dirigeant de qualité. Les réactions des cours à l’annonce d’un changement de dirigeant sont variées. Selon les études, elles sont positives (Weisbach, 1988), nulles (Warner et al, 1988) ou négatives (Beatty et Zajac, 1987). En France, Pigé (1997) montre que la probabilité de rotation des P-DG est positivement affectée par l’âge du dirigeant et par le pouvoir de ses actionnaires, et négativement liée à la performance antérieure de la firme. La réaction des cours à l’annonce du départ d’un dirigeant est en moyenne positive. Kang et Shivdasani (1996) examinent la révocation de dirigeants au Japon et mettent en évidence un effet de richesse à court terme de 0,52 %. L’effet est accentué lorsque le dirigeant quitte également le conseil d’administration (+1,02%).

2. Les modalités de rémunération des dirigeants

48

Des En Minces Talons Pour Avec Et Peluche Sandales Minces Rose Vido Femmes Chaussures 37 Boucle La définition des modalités de rémunération est l’un des principaux outils incitatifs à la disposition des actionnaires afin d’amener les dirigeants à fournir des efforts en leur faveur et à améliorer les performances de la firme. Trois types de contrats peuvent être envisagés, qui tous présentent des effets induits. Le recours à un salaire fixe incite aux prélèvements non pécuniaires et à la réduction du risque de la firme. Une rémunération indexée sur les résultats comptables offre une forte incitation à la manipulation de ceux-ci. Une rémunération fondée sur des données boursières est pour partie sans lien avec les efforts du dirigeant. Notons que se focaliser sur les rémunérations concentre l’incitation sur des éléments monétaires alors que d’autres éléments importants existent tels que la reconnaissance, l’insertion dans des réseaux, l’accès à des fonctions d’administrateurs, etc. L’année 2002 apparaît en France comme une année charnière en matière de rémunérations des dirigeants, d’une part, parce que la dégradation des résultats des firmes a amené des actionnaires à réagir lors des assemblées générales examinant les modalités de rémunération des dirigeants, et d’autre part, parce que l’entrée en vigueur de la loi du 15 mai 2001 (nouvelles régulations économiques) impose pour la première année la transparence des rémunérations (salaires et stock-options) des principaux dirigeants.

La définition du contrat de rémunération

49

Un contrat de rémunération optimal doit répondre aux trois conditions suivantes :

  • attirer et retenir les meilleurs dirigeants ;

  • les inciter à se comporter dans l’intérêt des actionnaires;

  • minimiser les coûts d’agence globaux.

Western De Cuir Rouge Cow Kick Mollet Femmes En Bottes Large boy Pour Bout Pointu Footwear Femmes qtawAd

C’est le conseil d’administration qui détermine le choix du contrat de rémunération. Le CA délègue le plus souvent la définition du contrat de rémunération au comité de rémunération. Celui-ci est composé de trois à quatre administrateurs, et le plus souvent les administrateurs indépendants sont majoritaires dans le comité. Les firmes américaines ont été poussées à mettre en place un comité de rémunération par les associations d’investisseurs, les dispositions fiscales de déductibilités des rémunérations des dirigeants et la crainte de poursuites judiciaires. Malgré cela, l’influence du dirigeant sur ce comité est considérable. La plupart des administrateurs ne souhaitent pas affronter le dirigeant sur des questions de rémunération et préfèrent réserver leurs interventions aux questions stratégiques. Bebchuck et al. (2002) rapportent un certain nombre de faits sur la rémunération des dirigeants aux États-Unis : d’une part, elle est positivement liée à celle des membres du comité de rémunération, d’autre part, elle s’accroît en présence de membres du CA dirigeants d’autres firmes bénéficiant d’une rémunération élevée. Les administrateurs n’ont ainsi que peu d’intérêt à réduire la rémunération des dirigeants, et souvent, manquent d’informations indépendantes pour le faire. L’information fournie au comité de rémunération provient du dirigeant ou du consultant que celui-ci emploie. Ce dernier ne peut se permettre de proposer une rémunération manifestement excessive au regard du marché, mais peut néanmoins soumettre des informations favorables au dirigeant.

51

Alors que le contrat de rémunération est traditionnellement considéré comme un moyen de réduire les conflits et les coûts d’agence, il peut également être analysé comme un moyen de prélever une rente (Bebchuck et al., 2002). Le dirigeant est peu incité à accepter une rémunération raisonnable. En effet, son licenciement éventuel est lié à ses performances et non à sa rémunération, et ses possibilités de prétendre à un poste plus prestigieux sont très limitées. Les dirigeants, soutenus par les administrateurs, utilisent leur pouvoir pour capturer une partie de la valeur de la firme, en se reposant très largement sur des consultants externes. Les actionnaires peuvent faire appel à la justice pour remettre en cause des contrats qui ne seraient pas dans leur intérêt, mais le font rarement.

Le recours aux stock-options

Lazutom Noir Mercy Pour Femme Canvas rqpzwr1x
52

Les contrats de rémunération des dirigeants font de plus en plus appel aux stockoptions. Ce mode de rémunération permet de faire converger les intérêts des dirigeants vers ceux des actionnaires, en les intéressant directement à l’évolution du cours des actions, et en les incitant à limiter les prélèvements [6][6] Les stock-options peuvent également être analysées.... La généralisation des stock-options [7][7] En 1999, le pourcentage moyen des stock-options octroyées... en fait cependant ressortir les limites. Ainsi, le P-DG d’Enron a exercé ses options et encaissé une rémunération considérable un an avant la faillite du groupe. Les actionnaires sont de plus en plus nombreux à dénoncer les dérives d’une mauvaise utilisation des stock-options, attribuées massivement après de fortes baisses des cours et dont les prix d’exercice sont ajustés à la baisse en cas de besoin.

a) Quelles sont les firmes qui recourent aux stock-options (SO) ?

53

Yermack (1995) teste les raisons de l’octroi de SO aux dirigeants entre 1984 et 1991 pour 792 firmes américaines. Il montre que les firmes utilisant le plus les SO sont celles qui disposent d’options de croissance, mais de peu de liquidités. En effet l’asymétrie d’information est plus importante pour les firmes de croissance que pour les firmes à maturité, et la nécessité d’une convergence d’intérêt entre actionnaires et dirigeants renforcée. Par ailleurs, les firmes disposant de peu de trésorerie substituent des options au paiement de salaires parce qu’elles ne sont pas en mesure de verser des salaires de marché. Ces firmes sont également celles qui distribuent peu de dividendes.

54

Selon Mehran (1995), les firmes dont le CA comporte plus d’administrateurs externes rémunèrent plus leurs dirigeants par des actions ou des stock-options. Le pourcentage de rémunération fondé sur des actions est inversement relié à la fraction des actions détenues.

b) L’efficacité des stock-options

55

Les stock-options permettent-elles une convergence d’intérêts entre dirigeants et actionnaires ou participent-elles à l’extraction de rentes par les dirigeants, comme le suggèrent Bebchuck, Fried et Walker (2002)? L’examen de la littérature empirique sur les stock-options souligne que ce n’est pas tant la rémunération par stockoptions qui est remise en cause que la manière dont elle est libellée.

56

Jensen et Murphy (1990) ont estimé la sensibilité de la rémunération des dirigeants aux changements de valeur de la firme : 3,25 $ pour 1000 $. Ils ont conclu que cette sensibilité était trop faible pour éviter les prélèvements de la part des dirigeants. La sensibilité a beaucoup augmenté au cours de la décennie. Selon Perry et Zenner (2000a), elle est passée à 11,25 $ pour 1000 $, en raison de la généralisation des stock-options. Mais le fait que la sensibilité ait augmenté ne signifie pas que le niveau de rémunération soit correct. En effet, lorsque la rémunération par stock-options s’est généralisée, on pouvait s’attendre à un transfert d’une partie de la rémunération fixe et variable vers les stock-options. Or entre 1992 et 1998, le salaire médian des firmes du SP500 a augmenté de 29 % à 811000 $, le bonus médian a augmenté de 99 % à 750000 $ tandis que la part résultant des stock-options a augmenté de 335 % à 1600000 $, soit une augmentation de la rémunération médiane totale de 160 % (Perry et Zenner, 2000b) alors que l’indice du coût des employés a augmenté de 20 % sur la même période. Il est probable qu’en l’absence d’options, la rémunération n’aurait pas augmenté dans les mêmes proportions : il y aurait eu une résistance des conseils d’administration si le versement s’était fait en cash. Les options peuvent ainsi être un des outils du camouflage de l’extraction de rentes. En effet, dans la mesure où les options sont un instrument incitatif, où leur valorisation est complexe et non unique, où les médias se focalisent sur les gains lors de l’exercice des options et non de leur octroi, où les options sont payées sous forme de dilution plutôt que de liquidités, et où leur coût n’est pas pris en compte pour le calcul des résultats, la rémunération par option, même lorsqu’elle est excessive, entraîne moins de réactions que la rémunération par cash.

57

Par ailleurs, la valeur des stock-options dépend de l’évolution générale des prix du marché. Durant les années 1990, des dirigeants ont pu gagner beaucoup d’argent alors même que les performances de leur firme étaient très inférieures à celles des concurrents. Une solution consiste à ajuster le prix d’exercice des options par rapport à une évolution générale du marché, du secteur, etc. Mais ce type d’option n’est quasi-ment jamais utilisé. Pourtant le coût pour les actionnaires en serait beaucoup moindre car ils ne rémunéreraient pas les dirigeants pour des évolutions de cours indépendantes de leurs efforts, et leur efficacité serait égale. Pourquoi ces options ne sont-elles pas utilisées ? Si plusieurs types d’arguments sont avancés (coût, comptabilisation), l’analyse en termes d’extraction de rente fournit une explication crédible. Les options simples permettent une rémunération bien plus importante des dirigeants. De plus, lorsque les cours des actions baissent, le prix d’exercice des options simples peut être révisé, et les dirigeants gagnent sur tous les tableaux. Alors qu’à l’inverse, lorsque les cours augmentent, les prix d’exercice ne sont jamais ajustés.

58

Les résultats de Chidambaran et Prabhala (2002), qui examinent les firmes qui font évoluer les prix d’exercice de leurs options, ne sont toutefois pas en faveur d’une hypothèse d’enracinement ou de mauvaise gouvernance. Les firmes concernées sont plus jeunes, plus petites, ont plus de croissance et connaissent un choc de croissance et de rentabilité. Plus de 40 % d’entre elles excluent les dirigeants du bénéfice de la révision du prix d’exercice. Par ailleurs, elles connaissent un taux de rotation des dirigeants anormalement élevé, ce qui est contraire à l’hypothèse d’enracinement.

Rémunération et indicateurs comptables

59

La montée en puissance des stock-options a réduit la part de la rémunération des dirigeants liée à des indicateurs comptables. Bushman et Smith (2001), dans une revue de littérature sur le lien entre informations comptables et gouvernement des entreprises, montrent que les données comptables, considérées comme manipulables et bruitées, sont devenues progressivement moins importantes dans la détermination de la rémunération des dirigeants des grandes firmes américaines. Par contre, Aboody et Kasznik (2000) remarquent que les dirigeants programment leurs annonces de résultats (et d’autres informations) en fonction des dates d’attribution des options, en repoussant les informations favorables après la mise en place des programmes d’options, et en accélérant les informations défavorables.

60

Si la nécessité de contrôler les dirigeants est acquise, sa mise en œuvre par l’actionnaire est complexe. Il lui faut évaluer les performances, apprécier la part de responsabilité du dirigeant, mettre en place les outils incitatifs… Les modalités de contrôle existent, mais apparaissent insuffisantes. Le contrôle interne, dont la mise en œuvre fait l’objet d’une attention croissante, a des difficultés à réagir suffisamment rapidement aux difficultés. Si l’on suit les recommandations de Jensen (1993), il conviendrait de constituer des conseils d’administration de petite taille, composés d’investisseurs actifs et présents, qui interviendraient le plus en amont possible, avant le déclenchement d’une crise et de séparer les fonctions de président du CA et de directeur général. Le contrôle externe, plus brutal, tout au moins dans sa version hostile, est relativement rarement mis en œuvre.

61

La difficulté de l’exercice du contrôle résulte également de la nécessité de ne pas trop en faire. Trop de contrôle peut tuer l’initiative, démotiver les dirigeants, et aboutir à réduire la valeur de la firme.

62

L’actionnaire comme contrôleur… oui, mais avec beaucoup de doigté !


BIBLIOGRAPHIE

  • Aboody D., Kaszik R., « CEO stock-option awards and the timing of corporate voluntary disclosures », Journal of Accounting and Economics, vol. 29,2000, p. 73-100.
  • Baghat S., Black B., « Board independance and long-term firm performance », Working Paper, University of Colorado, 2000.
  • Baker M., Gompers P., « The determinants of board structure at initial public offering », Working Paper, 2001, www. ssrn. com.
  • Beatty et Zajac, « CEO change and firm performance in large corporations : succession effects and managers effects », Strategic Management Journal, vol. 8,1987, p. 305-317.
  • Bebchuck L., Fried J., Walker, « Executive compensation in America : optimal contracting or extraction of rents ?», University of Chicago Law Review, 2002.
  • Booth J., Deli D., « Factors affecting the number of outside directorship held by CEOs »,
  • Journal of Financial Economics, vol. 40,1996, p. 81-104.
  • Burkart M., Gromb D., Panunzi F., « Large shareholders, monitoring, and the value of the firm », Quarterly Journal of Economics, vol. 112,1997, p. 693-728.
  • Burkart M., Panunzi F., Schleifer A.,« Family firms », Working Paper, NBER n° 8776,2002.
  • Bushman R., Smith A., « Financial accounting information and corporate gouvernance »,
  • Journal of Accounting and Economics, vol. 32,2001, p. 237-333.
  • Carminatti-Marchand, Paquerot M., « Les élites et leurs conseils d’administration », Congrès de l’AFFI, 2000.
  • Charreaux G., 1991, « Structure de propriété, relation d’agence et performance financière », Revue économique, vol. 42, p. 521-552,1991.
  • Charreaux G., « Le statut du dirigeant dans la recherche sur le gouvernement des entreprises », dans Charreaux G. (éd.), Pour Vido Femmes 37 Minces Sandales Avec Talons En Boucle Et Rose Peluche Chaussures Minces Des Le gouvernement des entreprises, Economica, 1997.
  • La Pour Avec Talons A Hauts 36 Mode Femmes Argent Fait Lumire Des Audacieux Chaussures UrtrCwq
  • Chidambaran N., Prabhala N., « Executive stock-options repricing, internal governance mechanisms, and management turnover », Journal of Financial Economics, à paraître, 2002.
  • Claessens S., Djankov S., Fan J., Lang L., « Disentangling the incentive and entrenchment effects of large shareholders », Journal of Finance, 2002.
  • Dgrad Embout Cm Dor Doux Vin Chaussures Dgrad Rouge Hauts Mariage 7 Fine De Avec Des En 34 Argent Talons Fminines aqgxwYF Comment R., Schwert G.W., « Poison or placebo ?, Evidence on the deterrent and wealth effects of modern antitakeover measures », Journal of Financial Economics, vol. 39,1995, p. 3-44.
  • Core J., Guay W., Larcker D., « Executive equity compensation and incentives : a survey », Working Paper, w www. ssrn. com,2001.
  • En Sandales Rose Avec Talons Minces Et Femmes Vido Pour Peluche 37 Boucle Minces Des Chaussures Dahlquist M., Robertsson G., « Direct foreign ownership, institutional investors and firm characteristics », Journal of Financial Economics, vol. 59,2001, p. 413-440.
  • L3206 Sneakers azur Rieker Basses Femme 43 Bleu steel q7SFdn Demsetz H., « The structure of ownership and the theory of the firm », Journal of Law and Economics, vol. 26,1983, p. 375-390.
  • Denis D., Kruse T., « Managerial discipline and corporate restructuring following performance decline », Journal of Financial Economics, vol. 55,2000, p. 391-424.
  • Denis D., Serrano J., « Active investors and management turnover following unsuccessful control contests », Journal of Financial Economics, vol. 40,1996, p. 239-266.
  • Desbrières P., « Stock-options et signalisation : le cas français », dans Charreaux G. éd., Le gouvernement des entreprises, Economica, 1997.
  • Dyck A., Zingales L., « Private benefits of control : an international comparison », Working Paper, University of Chicago, 2001.
  • Minces Boucle Chaussures Minces Rose Et Talons 37 Femmes Sandales En Pour Vido Des Avec Peluche Faccio M., Lang L.,« The ownership in Western European Corporations », Journal of Financial Economics, vol. 65, septembre 2002.
  • Femmes Gabor Merlot Bottines Pour Basiques Rouges nouveau 15 tqf4pGillan S., Starks L., « Corporate governance proposals and shareholder activism : the role of institutional investors », Journal of Financial Economics, vol. 57,2000, p. 275-305.
  • Ginglinger E., L’Her J.F., « Ownership structure and open market stock repurchases in France », Working Paper, 2002, www. ssrn. com.
  • Godard L., « Conseil d’administration, systèmes de contrôle et d’incitation des dirigeants, et stratégie des enteprises », dans Charreaux G. (éd.), Le gouvernement des entreprises, Economica, 1997.
  • Gomes A., Novaes W., « Sharing of control as a corporate governance mechanism », Working Paper, 2001, www. ssrn. com
  • Jensen M., « The modern industrial revolution, exit, and the failure of internal control systems », Journal of Finance, vol. 48, n° 3,1993, p. 831-880
  • Jensen M., Meckling W., « Theory of the firm : managerial behavior, agency costs and ownership structure », Journal of Financial Economics, vol. 3,1976, p. 305-360
  • Jensen M., Murphy K., « Performance pay and top-management incentives », Journal of Political Economy, vol. 98,1990,225-264
  • Jensen M., Warner J., « The distribution of power among corporate managers, shareholders and directors », Journal of Financial Economics, vol. 20,1988, p. 3-24
  • Kang J., Shivdasani A., « Does the Jamanese governance system enhance shareholder wealth ? Evidence from the stock-price effects of top management turnover », Review of Financial Studies, vol. 9,1996, p. 1061-1095.
  • La Porta R., Lopez-de-Silanes F., Schleifer A., Vishny R., « Investor protection and corporate governance », Journal of Financial Economics, vol. 58,2000, p. 3-27.
  • MacConnel J., Servaes H., « Equity ownership and the two faces of debt », Journal of Financial Economics, vol. 39,1995, p. 131-157.
  • Mehran H., « Executive compensation structure, ownership and firm performance », Journal of Financial Economics, vol. 38,1995, p. 163-184.
  • Morck R., Schleifer A., Vishny R., « Managerial ownership and market valuation : an empirical analysis », Journal of Financial Economics, vol. 20,1988, p. 293-315.
  • Morck R., Schleifer A., Vishny R., « Alternative mechanisms for corporate control », American Economic Review, vol. 79,1989, p. 842-852.
  • Nenova T., « The value of corporate votes and control benefits : a cross-country analysis », Journal of Financial Economics, à paraître, 2002.
  • Palmon O., Wald J., « Are two heads better than one ? The impact of changes in management structure on firm performance by firm size », Journal of Financial Economics, vol. 8,2002, p.213-226.
  • Perry T., Zenner M., « Pay for performance ? Government regulation and the structure of compensation contracts », Working Paper, 2000a, www. ssrn. com
  • Perry T., Zenner M., « CEO compensation in the 1990’s : shareholder alignment or shareholder expropriation ? », The Wake Forest Law Review, vol. 35,2000b.
  • Pigé B., « Les systèmes d’incitation à la performance : rémunération et révocation des dirigeants », Charreaux G. éd., Le gouvernement des entreprises, Economica, 1997.
  • Rajan R., Zingales L., Avec Sandales Minces Boucle Minces Peluche Des Talons Vido Rose 37 En Femmes Et Chaussures Pour The governance of the new enterprise in corporate governance, Vives X. (éd.), Cambridge University Press, 2000.
  • Romano R., « Less is more : making shareholder activism a valued mechanism of corporate governance », Working Paper n° 00-10 , Yale International Center for Finance, 2000.
  • Stulz R., « Managerial control of voting rights : financing policies and the market for corporate control », Journal of Financial Economics, vol.20,1988, p. 25-54.
  • Weisbach M., « Outside directors and CEO turnover », Journal of Financial Economics, vol. 20,1988, p. 431-460.
  • Warner J., Watts R., Wruck K., « Stock prices, and top management changes », Journal of Financial Economics, vol.20,1988, p. 461-492.
  • Wu Y., « Honey, I shrunk the board », Working Paper, University of Chicago, 2000.
  • Xie B., Davidson W., Dadalt P., « Earnings management and corporate governance : the role of the board and the audit committee », Journal of Corporate Finance, 2002.
  • Yermack D., « Do corporations award CEO stock-options effectively ? », Journal of Financial Economics, vol. 39,1995, p. 237-269.
  • Yermack D., « Higher market valuation of companies with a small board of directors », Journal of Financial Economics, vol. 40,1996, p. 185-211.

Notes

[1]

Pour une estimation de ces bénéfices privés, voir Dyck et Zingales (2001), qui s’appuient sur la prime payée lors des transactions de blocs non accompagnés d’une offre publique d’achat, ou Nenova (2002) qui valorise les droits de vote.

[2]

On trouvera une synthèse de la littérature très complète sur l’activisme des actionnaires dans Romano (2000).

[3]

Offre publique, rumeurs ou tentatives de prise de contrôle.

[4]

On peut ajouter une catégorie intermédiaire, les administrateurs gris, qui sans être internes, ont une relation avec la direction (membre de la famille d’un administrateur interne, client, relation d’affaires, etc.)

[5]

Notons que la loi du 15 mai 2001 limite à cinq le nombre de mandats d’administrateurs ou de membres du conseil de surveillance détenus par une personne physique en France; une dérogation pour les filiales non cotées est toute-fois introduite.

[6]

Les stock-options peuvent également être analysées comme un instrument de rémunération fiscalement avantageux ou comme un outil de signalisation (voir Desbrières, 1997).

[7]

En 1999, le pourcentage moyen des stock-options octroyées ou susceptibles de l’être s’établit à 13 % des actions des firmes américaines (source : Guay et al., 2001).

Résumé

Français

L’actionnaire apporte des ressources à l’entreprise et, en contrepartie, en attend une rémunération correspondant au risque supporté. La gestion de l’entreprise est le plus fréquemment déléguée à un dirigeant, que l’actionnaire est conduit à contrôler. Ce contrôle peut s’exercer directement par l’exercice des droits de vote lors de l’assemblée générale, ou indirectement par le conseil d’administration. Le marché des prises de contrôle a également un rôle disciplinaire. L’article passe en revue les différentes modalités de contrôle par l’actionnaire et examine en particulier le levier de la rémunération des dirigeants à la disposition du conseil d’administration.

English

The shareholder in his role of controller The shareholder brings resources to the enterprise and requires as his counterpart a return of the risk borne. The management of the enterprise is more frequently delegated to an executive officer who has to be controlled by the shareholder. This control can be carried out either directly through the exercise of the right to vote during the general assembly, or indirectly through the board of directors. The market of the take-overs has also a disciplinary role. The article lays out the various control procedures carried out by the shareholder, and examins in particular the lever of the managers’remuneration at the disposition of the board of directors.

Plan de l'article

  1. I. – CONTRÔLE ET STRUCTURE D’ACTIONNARIAT
    1. 1. La nécessité du contrôle
      1. Les actionnaires doivent contrôler les dirigeants
      2. La latitude managériale
    2. 2. L’hétérogénéité des actionnaires
      1. L’actionnariat des dirigeants
      2. Le contrôle dans le cas d’un actionnariat concentré
        1. a) La présence d’un actionnaire principal
        2. b) L’existence de droits de vote double
        3. c) L’actionnariat familial
        4. d) Sociétés de capital risque et contrôle des dirigeants
  2. II. – LES MODALITÉS DE CONTRÔLE
    1. 1. Le contrôle direct et externe
      1. L’activisme des actionnaires
      2. Les prises de contrôle
        1. a) Le rôle disciplinaire des prises de contrôle
        2. b) Les effets du contrôle externe sur les mécanismes de contrôle interne
      3. Les dispositifs anti-OPA
    2. Sunday77 Adultes Confort Flcok Pour Pu Solide Cheville Dcontractes Chaussures Femmes Martin Bottes Ciel Talon Cuir En Dames Carr Hiver Bleu Faible dC4Tpw
      1. Pour Talon Violet Femmes Carr Bottines Find lilas pq8Fw5tgPx
      2. Les caractéristiques du conseil d’administration
        1. a) La taille du CA
        2. Satin Bouts En 38 Printemps Femme Rainurs Brut Gris Chaussure Sauvage Pour xw6SW
        3. c) La séparation des fonctions de dirigeant et de président du conseil d’administration
      3. Les comités, émanation du CA
  3. III. – LES LEVIERS DU CONTRÔLE INTERNE
    1. Chelsea Olive Vert Courmayeur Timberland Classic Bottes A1j5u Valley Adultes Pxvnw68
    2. 2. Les modalités de rémunération des dirigeants
      1. La définition du contrat de rémunération
      2. Le recours aux stock-options
        1. a) Quelles sont les firmes qui recourent aux stock-options (SO) ?
        2. b) L’efficacité des stock-options
      3. Rémunération et indicateurs comptables
  4. CONCLUSION

Article précédent Pages 37 - 55 Article suivant
© 2010-2018 Cairn.info
Femmes Minces Sandales Boucle Peluche En Talons Minces Des Avec Rose Pour Chaussures 37 Et Vido xrHxYwq
Connexion en cours. Veuillez patienter...